Raúl Artigot (1936-2014)

Artigot

Raúl Artigot. Photographie d’archive. Source : Heraldo.es, 28 décembre 2014.

        Nouveau coup dur pour le cinéma fantastique espagnol de l’Age d’or. Après le réalisateur Carlos Aured en 2008, l’acteur/scénariste/réalisateur Paul Naschy (Jacinto Molina) en 2009 et les réalisateurs José Ramón Larraz et Jess Franco en 2013, c’est un nom moins connu des amateurs mais pourtant mémorable dans l’histoire du fantaterror : Raúl Artigot. 

        Né en 1936 dans une Espagne qui connaissait alors ses derniers jours de paix avant de sombrer dans la Guerre Civile puis la dictature, Raúl Artigot commence très tôt à s’intéresser à la photographie en travaillant notamment dans l’entreprise de cartes postales de son père. Diplômé de l’Ecole Officielle de Cinéma dans le courant des années 1960[1], il travaille comme directeur de la photographie sur de nombreux films et documentaires, tous genres confondus. Dans le domaine qui nous intéresse ici, il commence par deux films réalisés par Jess Franco, La maldición de Frankenstein en 1972 et Demons en 1973. Il s’occupe ensuite de la photographie de deux titres majeurs de l’horreur ibérique : Cannibal Man d’Eloy de la Iglesia (1973) et le troisième film de la mythique saga d’Amando de Ossorio, El buque maldito (1974). Mettant son savoir-faire et sa personnalité au service de ces films, Raúl Artigot reste un nom méconnu du cinéma espagnol, alors même que les films précités sont depuis plusieurs années des œuvres cultes, réévaluées et rééditées un peu partout. C’est pourtant le sens du cadrage ou le travail sur les éclairages qui participent beaucoup de l’amour des cinéphiles pour ces œuvres longtemps oubliées. Avec Cannibal Man, c’est un travail minutieux sur les cadrages et les axes de caméra qui en font un des films les plus réussis de l’époque; quant au Buque maldito dont on sait que les conditions de tournage furent des plus rudimentaires[2], on ne peut qu’admirer la beauté plastique des images.

Cannibal Man, El Buque maldito (en  tant que directeur de la photographie) et son premier long-métrage inédit en Espagne El monte de las brujas : trois facettes du fantaterror des années 1970.

Cannibal Man, El Buque maldito (en tant que directeur de la photographie) et son premier long-métrage inédit en Espagne El monte de las brujas : trois facettes du fantaterror des années 1970.

        Toujours dans le fantastique, on note aussi sa première réalisation en 1972, El monte de la brujas. Un film maudit puisque suite à une dénonciation des actrices du film à la police, le comité de censure n’a pas approuvé les deux versions (espagnole et marché extérieur), ce qui l’a privé de sortie en Espagne[3]. Traditionnel problème pointé du doigt par les membres de la censure, un corps féminin un peu trop peu vêtu… El monte de la brujas est pourtant un brillant film d’horreur fantastique aux sensibilités hispaniques, à l’instar de la saga des Templiers-zombies d’Amando de Ossorio ou de La Cruz del Diablo (John Gilling, 1975). En exploitant un folklore purement local, notamment la légende de la Santa Compaña très populaire en Galice et dans les Asturies[4], le film d’Artigot se permet de désigner l’Espagne comme terre fantastique. Evidemment, aucune mention de localités espagnoles n’est présente dans les dialogues, de peur de subir les foudres de la censure. Faute de projection dans l’Espagne franquiste, le film connait un succès notable aux Etats-Unis sous le titre littéral de The Witches Mountain. Le film est pourtant présenté au festival de Sitges en 1973, et repart avec le prix spécial du jury, sensible à l’atmosphère inquiétante à base de souffle du vent, brume envahissant les montagnes de l’Espagne du nord, et autre chants féminins en latin. Une perle rare du cinéma de genre ibérique qui mérite une édition française de toute urgence.

        Au total, Raúl Artigot est crédité sur pas moins de 70 titres, du court-métrage au long métrage de fiction en passant par le documentaire. Après le boom du fantaterror qui meurt rapidement en même temps que le pays sortait de la dictature, il exploite le filon du cinema del destape, ces comédies frivoles qui explosent durant la Transition démocratique et la suppression de la censure. Il a contribué à un large pan du cinéma espagnol des années 1960 à 1980, et collaboré avec de grands noms du cinéma de genre comme Eugenio Martín, Eloy de la Iglesia, Jess Franco, Amando de Ossorio, Francisco Lara Polop…

————————————–

  1. Jusqu’en 1962, cette école se nommait Instituto de Investigaciones y Experiencias Cinematográficas (IIEC). []
  2. Faute d’un budget plus conséquent, rappelons que les scènes du bateau infesté de zombies ont été tournées en studio à l’aide de maquettes. []
  3. Raúl Artigot explique en détail les événements menant à cette interdiction dans un entretien de 2012 accordée au site cerebrin.wordpress.com.  []
  4. Selon cette croyance très ancienne, les âmes en peine viennent chercher les vivants pour les emmener vers la Mort, le tout d’une manière qui évoque une procession inquiétante. []

Valentin Guermond

Doctorant en troisième année à l'Université d'Angers, 3L.AM. Champs de recherche : cinéma fantastique et d'horreur espagnol sous le tardo-franquisme (1968-1975), fantastique/horreur et histoire culturelle, rapport entre contexte historique et production cinématographique, idéologie et contre-culture dans le cinéma d'exploitation des années 1960-1970.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *