99 Women (Jess Franco, 1969) : un film politique ?

        Dans la filmographie protéiforme et boulimique de Jess Franco, 99 Women constitue une étape importante pour plusieurs raisons. Il demeure encore aujourd’hui un film idéal pour aborder l’univers fantasmagorique du réalisateur espagnol, alors que bon nombre des films qu’il réalise après peuvent laisser dubitatif même le plus expert en matière de cinéma bizarre ou marginal. Retour sur ce parfait prototype du sous-genre dit du « Women in prison » (WIP), appelé à connaitre une carrière qui perdure encore de nos jours.

L'affiche espagnole de 99 Mujeres. Crédit : http://wrongsideoftheart.com/

      L’affiche espagnole de 99 Mujeres.
     Crédit : http://wrongsideoftheart.com/

Synopsis : 

Plusieurs jeunes femmes sont incarcérées à El Castillo de la Muerte, une prison pour femmes au milieu de l’océan. Cette prison n’est pas tout à fait habituelle car elle est tenue par la directrice Diaz (Mercedes McCambridge), une directrice sadique qui, avec le gouverneur de la région (Herbert Lom), abusent sexuellement des prisonnières, particulièrement de l’une d’entre elles, le numéro 99, Marie (Maria Rohm). Mais un événement inattendu vient bouleverser la prison : l’État vient de nommer un nouveau ministre de la justice qui ouvre une enquête sur les décès suspects à la prison. Il décide d’envoyer sur place une jeune femme (Maria Schell) chargée de lui faire rapport; celle-ci bouleverse la vie de la prison par sa gentillesse et son humanité envers les prisonnières. Diaz et le gouverneur décident alors de lui tendre un piège…  

        En 1969, Jess Franco est un nom qui compte dans le paysage cinématographique de la contre-culture, alors dans sa pleine expression. Remarqué par ses premiers films d’horreur comme Gritos en la noche / L’Horrible Docteur Orlof (1962)[1] ou Miss Muerte / Le Diabolique Docteur Z (1965), il peut compter sur un réseau de fans à travers l’Europe et les États-Unis, ainsi que sur des distributeurs de tous horizons qui se chargent de vendre ses films partout dans le monde, chose rendue possible grâce au système de la double-version[2]. Mais c’est surtout avec Succubus / Necronomicon (1968) que la reconnaissance devient totale, avec rien de moins que les acclamations de Fritz Lang au Festival de Berlin[3]. Enchaînant plusieurs films au succès moindre, il embarque pour le Brésil et le film The Girl from Rio. Durant une semaine vacante ou l’équipe doit attendre le Carnaval pour pouvoir tourner des séquences, le producteur anglais Harry Alan Towers écrit le scénario de 99 Women en un week-end pour pouvoir le tourner immédiatement, avant le Carnaval et avec une partie de l’équipe de The Girl from Rio. Jess Franco tourne finalement 25 minutes sur place, en prenant pour cadre la jungle, puis se charge des séquences additionnelles de retour en Europe[4].

Les lettres de noblesse d’un genre pas vraiment noble


        Historiquement, les films de prison pour femmes ne sont pas un genre nouveau en 1969. Hollywood s’est déjà emparé du thème avec Caged (John Cromwell, 1950) pour lequel Eleanor Parker reçu un Oscar, Women’s Prison (Lewis Seiler, 1955) ou encore House of Women (Crane Wilbur, 1962). Dans la culture populaire et ce dès les années 1950, c’est un motif récurrent comme le prouvent les magazines américains d’après-guerre. Mais personne n’est allé aussi loin dans l’explicite que recouvre ce thème, que Jess Franco avec ce film fait en un temps record. Nous sommes loin du style plus traditionnel qui caractérise ses premiers films : ici la réalisation brute et presque documentaire laisse planer un sentiment de malaise quant aux événements racontés, tandis que la narration non linéaire se veut proche de la mouvance psychédélique de l’époque. De fait, Franco a compris ce que le public de 1969 veut voir, et il lui donne cela sur un plateau. La bande originale achève d’en faire un porte-étendard de la contre-culture de ces années là, avec la chanson hippie de Barbara McNair « The Day I was Born »[5].

        Ainsi, l’atmosphère érotique du « Women in Prison » prend son envol, et 99 Women créé la recette qui fait encore date : prisonnières au physique avantageux enfermées derrière les barreaux, directrice de prison sadique, supérieur hiérarchique pervers… Le film offre une galerie de personnages-types de ce genre de fiction, et c’est tout du moins le minimum que demandent les spectateurs, au regard de la promotion du film, du côté subversif de Jess Franco et du genre auquel appartient le film. L’anarchisme du réalisateur se révèle à la fois dans le scénario mais aussi dans l’esthétique ici convoquée. Il n’est pas innocent d’avoir située l’histoire sur une île pénitentiaire espagnole, à une époque où de nombreuses femmes sont encore incarcérées dans l’Espagne franquiste. Certes, il y en a beaucoup moins que dans les pires années du système carcéral espagnol (de 1939 à la fin des années 1940), mais toute dissidence, tout écart aux normes imposées par le régime franquiste conduit les femmes dans l’une des nombreuses prisons du pays. 99 Women offre dans un premier temps une vision libératrice de la femme, en reflet des mouvements féministes. Les prisonnières se trouvent une forme de socialisation, d’entraide, qui va jusqu’à l’affirmation du saphisme. D’un autre côté, on ne peut s’empêcher de voir dans le sadisme du gouverneur, puis dans les pulsions sexuelles des hommes prisonniers sur l’autre partie de l’île, la réaffirmation de la domination masculine et des instincts primaires. Sur la question du féminisme, Jess Franco laisse entendre que les femmes ne seront jamais totalement libres et heureuses que dans un monde sans hommes[6].

Maria Rohm derrière les barreaux : une image qui va devenir un cliché du cinéma d'exploitation.

Maria Rohm derrière les barreaux : une image copiée et recopiée postérieurement dans le cinéma d’exploitation, à la base du succès du « film de prison pour femmes ».

L'assimilation de l'Espagne franquiste au IIIème Reich ne manque pas d'ajouter un souffle subversif au film.

Le livre « La Europa de Hitler » posé sur le bureau de la directrice. Le message est certes grossier, mais a le mérite d’être clair.

 

L’Espagne de Franco, « cette immense prison »[7]


 

        Les personnages de 99 Women sont pour la plupart emprisonnées sur l’île pour déviance morale, en priorité pour prostitution. Péché parmi les péchés, vendre son corps constitue un motif récurrent d’incarcération des femmes dans l’Espagne franquiste. Un décret du 20 novembre 1941 avait créé des « prisons spéciales » dans l’objectif d’aider à la « récupération de la dignité morale de la femme, en particulier des jeunes, afin d’empêcher leur exploitation, de les écarter du vice et de les éduquer conformément aux enseignements de la religion catholique »[8]. Les femmes recouvraient le statut de « détenues de droit commun », puisque l’État ne leur a jamais reconnu celui de prisonnières politiques, étant par définition étrangères à la chose politique. Évidemment le régime présentait les conditions dans les prisons sous une bonne image, notamment via les NO-DO, les actualités filmées[9]. En 1963, le ministre de la Justice inaugure la prison pour femmes de la Trinitat à Barcelone en compagnie d’une équipe des NO-DO, qui ne manque pas d’assurer que les détenues effectuent « un travail joyeux dans une atmosphère agréable »[10]. Comme dans de nombreuses dictatures, la réalité est bien éloignée du discours officiel, et les témoignages venant après la mort de Franco se chargeront de remettre cela en perspective.

        Si le fait que l’histoire se passe sur une île espagnole n’est que peu mise en avant, censure oblige, 99 Women n’en reste pas moins une métaphore de l’Espagne de l’époque. A l’autre extrémité de l’île se trouve une autre prison, celle-ci réservée aux hommes. Malicieusement, la topographie du film nous renvoie à une vision minimaliste de l’Espagne franquiste, pays rétrograde où les femmes vivent dans le silence sous la domination masculine véhiculée par le régime et le dogme catholique. Et quand enfin les femmes parviennent à s’échapper des geôles, ce n’est que pour y mieux y retourner après avoir subi les conséquences de la violence des hommes. Jess Franco se permet d’exploiter les thèmes les plus tabous de l’époque, à commencer par le sadisme et le viol, des réalités dans les prisons espagnoles dont l’État se garde bien de parler. A contre courant des autres productions espagnoles innocentes participant à l’anesthésie politique des spectateurs, 99 Women fait figure de coup de poing brutal, en même temps qu’il offre un aperçu du cinéma d’exploitation espagnol de l’époque. Horreur et érotisme s’entremêle pour former un tout cohérent, ce qui conduira l’historien du cinéma Tim Lucas à parler d’un style « horrotica »[11]. Comme de nombreux spécialistes l’on noté, cette violence n’est pas gratuite, le film devant être situé dans son contexte pour être totalement compris : la violence n’y est qu’un moyen pour contester la dictature. La sexualisation en est évidemment un autre. Dans tous les cas, ce sont ces deux ingrédients qui ont été le plus souvent utilisé, et combiné, dans le fantaterror, pour signifier le hiatus entre les préconisations du régime et les aspirations sociales des Espagnols.                                   Notons également l’insistance sur le rôle du ministère de la Justice dans le film. La directrice et le directeur de l’île ne voient pas d’un bon œil le nouveau ministre, plus progressiste, et qui envoie une assistante sociale pour enquêter sur les morts suspectes de plusieurs détenues. Celle-ci est au final bien incapable de mettre un terme à la tyrannie des deux responsables machiavéliques. Jess Franco opte pour une fin nihiliste, ne voyant pas d’amélioration possible dans les prochaines années[12].

Le Gouverneur Santos (Herbert Lom), l'incarnation du tyran.

Le Gouverneur Santos (Herbert Lom), l’incarnation du tyran conservateur…

Jess Franco ne fût pas qualifié de réalisateur le plus nocif pour la morale (aux côtés de Luis Buñuel) par l'Eglise catholique d'Espagne pour rien.

…et fervent défenseur de la foi chrétienne. Jess Franco ne fût pas qualifié de réalisateur le plus nocif pour la morale (aux côtés de Luis Buñuel) par l’Église catholique d’Espagne pour rien.

        Durant toute les années 1970, le film connait un succès continu dans de nombreux pays, connaissant également une multitude de versions, les unes très différentes des autres. En effet, les normes de censure n’étant pas les mêmes partout, des pays comme la France ou les États-Unis connurent des remontages crapuleux du film pour aboutir à des versions parfois pornographiques, ce qui a pour conséquences d’affaiblir la portée subversive du film. S’il reste donc un film idéal pour aborder l’œuvre de Franco, 99 Women demande de l’énergie pour trouver LA version officielle, revendiquée comme telle par son réalisateur[13]. Il constitue également un film clé pour comprendre l’Histoire du cinéma d’exploitation des années 1960-1970, alors dénigré à l’époque, mais qui a pourtant tant influencé l’industrie du cinéma grand public des décennies suivantes. Son influence est notable sur le sous-genre du « rape and revenge », qui fera frémir les puritains avec des films comme La Dernière Maison sur la Gauche (Wes Craven, 1972) ou Day of the Woman (I Spit on your Grave, Meir Zarchi, 1978). Quant à Jess Franco, son succès lui permet d’aborder un cinéma toujours plus adulte, repoussant les limites du représentable et de la morale, à commencer par l’œuvre sulfureuse du marquis de Sade.

De haut en bas et de gauche à droite : Le zoom sur la directrice la caractérise d'emblée comme un personnage néfaste.

De haut en bas et de gauche à droite : un zoom sur la directrice qui la caractérise d’emblée comme un personnage néfaste. Dans la suite de sa carrière, Jess Franco a développé une véritable obsession des zooms, notamment pour magnifier ses actrices ou pour souligner les pulsions enfouies des personnages.

Crédits des images : Captures d’écran de la version française de 1974, renommée Les Brûlantes.

————————————–

  1. Nous donnons le titre espagnol accompagné du titre français, pour mieux se repérer, les deux n’ayant souvent aucun rapport. []
  2. Procédé typique du cinéma d’exploitation qui consiste à tourner différentes versions d’un même film. La version contenant le moins de violence et de sexualité était destinée au marché espagnol, en raison de la censure. []
  3. Danny Shipka, Perverse Titillation. The Exploitation Cinema in Italy, Spain and France, 1960-1980, McFarland, Jefferson, 2011, p.187. []
  4. Ibid., p.191. []
  5. Ibid., p.193. []
  6. Lors de la promotion du film, l’une des affiches indiquait justement « 99 Women… without men » []
  7. Célèbre formule du poète Ana Marco, incarcéré de 1939 à 1961. []
  8. César Lorenzo Rubio, « Femmes et mères dans les prisons de Franco », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XI | 2014, mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le 08 décembre 2014. URL : http://champpenal.revues.org/8750 . []
  9. Abréviation de « Noticiarios y Documentales », dont la création date de 1942. []
  10. Ibid. []
  11. Cité dans Carlos Aguilar, Cine Fantástico y de terror español, 1900-1983, Ed. Donostia Kultura, Semana de Cine Fantástico y de Terror, San Sebástian, 1984, p.145. []
  12. A ce propos il faut cependant noter qu’une fin alternative existe, dans laquelle un docteur compatissant fait fermer la prison avec l’aide de la police, et sauve donc les prisonnières. Cette fin alternative se trouve sur le DVD américain édité par Blue Underground, dont la version du film est la version française. []
  13. Cela est rendu encore plus difficile par la coupe de 25 minutes imposée par le comité de censure espagnol, laissant un film amputé de plusieurs scènes. []

Valentin Guermond

Doctorant en troisième année à l'Université d'Angers, 3L.AM. Champs de recherche : cinéma fantastique et d'horreur espagnol sous le tardo-franquisme (1968-1975), fantastique/horreur et histoire culturelle, rapport entre contexte historique et production cinématographique, idéologie et contre-culture dans le cinéma d'exploitation des années 1960-1970.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Une réflexion au sujet de « 99 Women (Jess Franco, 1969) : un film politique ? »

  1. Article fort sympathique, une lecture agréable. Ce blog est vraiment pas mal, et les sujets présents plutôt bons dans l’ensemble, bravo ! Virginie Brossard LETUDIANT.FR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.