« La Tour des Sept Bossus » (1944) : quand Edgar Neville prépare l’Espagne au cinéma fantastique

la-torre-de-los-siete-jorobados_dvd       

Pour le premier billet de ce carnet de thèse, j’ai choisi de traiter d »un film antérieur à la période sur laquelle porte mon sujet de recherche, mais qui permet aussi de faire un éclairage sur les racines ou premiers essais très dispersés du cinéma fantastique en Espagne.

        Il y a tout juste soixante-dix ans, le 23 novembre 1944, sortait dans un seul cinéma de Madrid – Le Capitol – un film singulier et totalement en marge de la production cinématographique de son époque, La Torre de los Siete Jorobados (La Tour des Sept Bossus en français) d’Edgar Neville. Retour sur ce film maudit et néanmoins primordial dans l’histoire du cinéma fantastique – et du cinéma tout court – de l’Espagne du XXème siècle.

Synopsis :

 « Madrid, fin du XIXème siècle : Basilio Beltran est un jeune amateur de jeu très superstitieux qui est tombé sous le charme d’une chanteuse de variétés surnommée « La Belle Médusa ». Afin de pouvoir l’emmener dîner, en compagnie de son inséparable mère si gloutonne, Basilio se rend au casino et suit les indications que lui donne le spectre de Don Robinson de Mantua à la roulette. En échange, le fantôme lui demande de découvrir qui l’a assassiné et de s’occuper de sa nièce Inès, également menacée. Avec l’aide d’un ami, l’agent Martinez, Basilio devra résoudre le mystère d’un lieu où une bande de bossus se réunit pour mettre au point ses plans criminels : une synagogue secrète et souterraine appelée « la Tour des Sept Bossus ». Lire la suite