Répression et retour du refoulé dans Exorcismo de Juan Bosch (1975)

        Le cinéma fantastique est un formidable révélateur des tensions sociales et politiques d’un moment donné. Le cas d’Exorcismo, réalisé par l’Espagnol Juan Bosch en 1975, est assez symptomatique d’une certaine tendance conservatrice du cinéma fantastique et d’horreur espagnol de la fin du franquisme, période trouble s’il en est. Par l’analyse du scénario et de la mise en scène, nous proposons de voir en quoi ce film d’exploitation renforce l’idéologie franquiste officielle et rend compte du réflexe d’auto-défense d’une dictature qui connaît ses derniers jours d’existence.

Affiches multiples d'Exorcismo

Affiches multiples d’Exorcismo

        Lire la suite

99 Women (Jess Franco, 1969) : un film politique ?

        Dans la filmographie protéiforme et boulimique de Jess Franco, 99 Women constitue une étape importante pour plusieurs raisons. Il demeure encore aujourd’hui un film idéal pour aborder l’univers fantasmagorique du réalisateur espagnol, alors que bon nombre des films qu’il réalise après peuvent laisser dubitatif même le plus expert en matière de cinéma bizarre ou marginal. Retour sur ce parfait prototype du sous-genre dit du « Women in prison » (WIP), appelé à connaitre une carrière qui perdure encore de nos jours.

L'affiche espagnole de 99 Mujeres. Crédit : http://wrongsideoftheart.com/

      L’affiche espagnole de 99 Mujeres.
     Crédit : http://wrongsideoftheart.com/

Synopsis : 

Plusieurs jeunes femmes sont incarcérées à El Castillo de la Muerte, une prison pour femmes au milieu de l’océan. Cette prison n’est pas tout à fait habituelle car elle est tenue par la directrice Diaz (Mercedes McCambridge), une directrice sadique qui, avec le gouverneur de la région (Herbert Lom), abusent sexuellement des prisonnières, particulièrement de l’une d’entre elles, le numéro 99, Marie (Maria Rohm). Mais un événement inattendu vient bouleverser la prison : l’État vient de nommer un nouveau ministre de la justice qui ouvre une enquête sur les décès suspects à la prison. Il décide d’envoyer sur place une jeune femme (Maria Schell) chargée de lui faire rapport; celle-ci bouleverse la vie de la prison par sa gentillesse et son humanité envers les prisonnières. Diaz et le gouverneur décident alors de lui tendre un piège…   Lire la suite