José Luis Merino : dans les marges du fantaterror

A propos du Monstre du château (1970) et Les Orgies macabres (1973)

        Lorsque l’on évoque le cinéma d’horreur espagnol des années 70, les premiers noms qui viennent à l’esprit sont souvent Paul Naschy, Jess Franco (bien que ce dernier ne produise plus ses films en Espagne) ou encore Amando de Ossorio. José Luis Merino est très souvent négligé dans les études et articles consacrés au genre. Le réalisateur, né en 1927 à Madrid, n’a certes réalisé que deux films d’horreur, il a pourtant été dans les années 60 et 70 un des artisans les plus prolifiques des genres populaires en plein boom. Pendant près de 20 ans, peu de modes lui ont échappées : le musical, la comédie, le film de guerre, le western, le polar, les inévitables rip-off de Tarzan, de Robin des Bois et de Zorro dont les Espagnols ont été très friands à l’instar des Italiens[1]. Sa filmographie dresse une véritable chronologie des changements du cinéma populaire – et avec eux ceux des goûts du public. Lire la suite

  1. Je renvoie ici à l’article de Yohann Chanoir, « Le Moyen Âge spaghetti : « Robin des Bois et les pirates » », http://www.him-mag.com/le-moyen-age-spaghetti-robin-des-bois-et-les-pirates/ . []

Franco, dictateur vampire. A propos de la « trilogie des vampires » de León Klimovsky (1973-1975)

        Parmi les films d’horreur réalisés par León Klimovsky dans la dernière décennie de sa carrière, trois prennent pour sujet le vampirisme. Dans La Saga de los Drácula (1973), la petite-fille de Dracula revient au château du comte mais ne se doute pas que l’enfant qu’elle attend sera l’héritier du trône des vampires. Dans La orgía nocturna de los vampiros (1974), un car de touristes tombe en panne, laissant ces derniers à la merci d’un village entier de vampires. Enfin, dans El extraño amor de los vampiros (1975), situé au XIXème siècle, une jeune fille gravement malade recouvre ses forces en échange d’une vie immortelle de vampire.

La Saga de los Drácula

Générique de début de La Saga de los Drácula

    Lire la suite

Sex, Sadism, Spain and Cinema : The Spanish Horror Film de Nicholas G. Schlegel

  Book cover

        Depuis une vingtaine d’années, les ouvrages universitaires sur le cinéma d’horreur se multiplient. Si la grande majorité de ceux-ci porte sur le cinéma d’exploitation italien, l’épouvante gothique britannique et bien sûr la production américaine, le fantaterror reste quant à lui peu exploré au sein  de la recherche. Pour celles et ceux qui souhaiterai découvrir plus en profondeur l’histoire de ce cinéma d’exploitation éphémère mais ô combien passionnant (et lucratif), le choix demeure assez restreint. Qui plus est, la bibliographie disponible montre à quel point le sujet est devenu un objet d’étude très récent. Citons par exemple Spanish Horror de Victor Matellano (2009), Profanando el sueño de los muertos. La historia jamás contada del cine fantástico español de Ángel Sala (2010), La década de oro del cine de terror español , 1967-1976, de Javier Pulido (2012), Spanish Horror Film de Antonio Lazaro-Reboll (2012), ou encore Silencios de pánico. La historia del cine fantástico y de terror español, 1897-2010 de Diego Lopez & David Pizarro (2014). Des ouvrages qui apportent tous un éclairage approfondi sur le genre et des analyses convaincantes sur de nombreux films. L’intérêt de ces livres reste aussi leur ambition de réhabiliter un genre soit déprécié soit mal connu, et de ce fait participent d’un mouvement plus global de mélange entre la recherche universitaire et la cinéphilie déviante[1]. Lire la suite

  1. Pour une bibliographie plus développée, voir https://proyectonaschy.wordpress.com/2010/10/28/profanando-el-sueno-de-los-muertos-escribiendo-sobre-el-cine-fantastico-y-de-terror-espanol/. []

Répression et retour du refoulé dans Exorcismo de Juan Bosch (1975)

        Le cinéma fantastique est un formidable révélateur des tensions sociales et politiques d’un moment donné. Le cas d’Exorcismo, réalisé par l’Espagnol Juan Bosch en 1975, est assez symptomatique d’une certaine tendance conservatrice du cinéma fantastique et d’horreur espagnol de la fin du franquisme, période trouble s’il en est. Par l’analyse du scénario et de la mise en scène, nous proposons de voir en quoi ce film d’exploitation renforce l’idéologie franquiste officielle et rend compte du réflexe d’auto-défense d’une dictature qui connaît ses derniers jours d’existence.

Affiches multiples d'Exorcismo

Affiches multiples d’Exorcismo

        Lire la suite

Raúl Artigot (1936-2014)

Artigot

Raúl Artigot. Photographie d’archive. Source : Heraldo.es, 28 décembre 2014.

        Nouveau coup dur pour le cinéma fantastique espagnol de l’Age d’or. Après le réalisateur Carlos Aured en 2008, l’acteur/scénariste/réalisateur Paul Naschy (Jacinto Molina) en 2009 et les réalisateurs José Ramón Larraz et Jess Franco en 2013, c’est un nom moins connu des amateurs mais pourtant mémorable dans l’histoire du fantaterror : Raúl Artigot.  Lire la suite