José Luis Merino : dans les marges du fantaterror

A propos du Monstre du château (1970) et Les Orgies macabres (1973)

        Lorsque l’on évoque le cinéma d’horreur espagnol des années 70, les premiers noms qui viennent à l’esprit sont souvent Paul Naschy, Jess Franco (bien que ce dernier ne produise plus ses films en Espagne) ou encore Amando de Ossorio. José Luis Merino est très souvent négligé dans les études et articles consacrés au genre. Le réalisateur, né en 1927 à Madrid, n’a certes réalisé que deux films d’horreur, il a pourtant été dans les années 60 et 70 un des artisans les plus prolifiques des genres populaires en plein boom. Pendant près de 20 ans, peu de modes lui ont échappées : le musical, la comédie, le film de guerre, le western, le polar, les inévitables rip-off de Tarzan, de Robin des Bois et de Zorro dont les Espagnols ont été très friands à l’instar des Italiens[1]. Sa filmographie dresse une véritable chronologie des changements du cinéma populaire – et avec eux ceux des goûts du public. Lire la suite

  1. Je renvoie ici à l’article de Yohann Chanoir, « Le Moyen Âge spaghetti : « Robin des Bois et les pirates » », http://www.him-mag.com/le-moyen-age-spaghetti-robin-des-bois-et-les-pirates/ . []

Le Massacre des morts-vivants de Jorge Grau (1974). Quand Goya rencontre Blow Up et des zombies.

        La récente sortie en DVD du Massacre des morts-vivants (1974) de Jorge Grau, dans la collection « Cine de terror » chez Artus Films, est l’occasion de revenir sur ce film de zombies qui demeure une œuvre de premier plan dans l’histoire du cinéma d’horreur espagnol des 70s.

No Profanar el Sueño de los Muertos Jorge Grau 1974

Affiche espagnole. Crédit : http://cineultramundo.blogspot.com

Lire la suite

Franco, dictateur vampire. A propos de la « trilogie des vampires » de León Klimovsky (1973-1975)

        Parmi les films d’horreur réalisés par León Klimovsky dans la dernière décennie de sa carrière, trois prennent pour sujet le vampirisme. Dans La Saga de los Drácula (1973), la petite-fille de Dracula revient au château du comte mais ne se doute pas que l’enfant qu’elle attend sera l’héritier du trône des vampires. Dans La orgía nocturna de los vampiros (1974), un car de touristes tombe en panne, laissant ces derniers à la merci d’un village entier de vampires. Enfin, dans El extraño amor de los vampiros (1975), situé au XIXème siècle, une jeune fille gravement malade recouvre ses forces en échange d’une vie immortelle de vampire.

La Saga de los Drácula

Générique de début de La Saga de los Drácula

    Lire la suite

Raúl Artigot (1936-2014)

Artigot

Raúl Artigot. Photographie d’archive. Source : Heraldo.es, 28 décembre 2014.

        Nouveau coup dur pour le cinéma fantastique espagnol de l’Age d’or. Après le réalisateur Carlos Aured en 2008, l’acteur/scénariste/réalisateur Paul Naschy (Jacinto Molina) en 2009 et les réalisateurs José Ramón Larraz et Jess Franco en 2013, c’est un nom moins connu des amateurs mais pourtant mémorable dans l’histoire du fantaterror : Raúl Artigot.  Lire la suite

« La Tour des Sept Bossus » (1944) : quand Edgar Neville prépare l’Espagne au cinéma fantastique

la-torre-de-los-siete-jorobados_dvd       

Pour le premier billet de ce carnet de thèse, j’ai choisi de traiter d »un film antérieur à la période sur laquelle porte mon sujet de recherche, mais qui permet aussi de faire un éclairage sur les racines ou premiers essais très dispersés du cinéma fantastique en Espagne.

        Il y a tout juste soixante-dix ans, le 23 novembre 1944, sortait dans un seul cinéma de Madrid – Le Capitol – un film singulier et totalement en marge de la production cinématographique de son époque, La Torre de los Siete Jorobados (La Tour des Sept Bossus en français) d’Edgar Neville. Retour sur ce film maudit et néanmoins primordial dans l’histoire du cinéma fantastique – et du cinéma tout court – de l’Espagne du XXème siècle.

Synopsis :

 « Madrid, fin du XIXème siècle : Basilio Beltran est un jeune amateur de jeu très superstitieux qui est tombé sous le charme d’une chanteuse de variétés surnommée « La Belle Médusa ». Afin de pouvoir l’emmener dîner, en compagnie de son inséparable mère si gloutonne, Basilio se rend au casino et suit les indications que lui donne le spectre de Don Robinson de Mantua à la roulette. En échange, le fantôme lui demande de découvrir qui l’a assassiné et de s’occuper de sa nièce Inès, également menacée. Avec l’aide d’un ami, l’agent Martinez, Basilio devra résoudre le mystère d’un lieu où une bande de bossus se réunit pour mettre au point ses plans criminels : une synagogue secrète et souterraine appelée « la Tour des Sept Bossus ». Lire la suite