José Luis Merino : dans les marges du fantaterror

A propos du Monstre du château (1970) et Les Orgies macabres (1973)

        Lorsque l’on évoque le cinéma d’horreur espagnol des années 70, les premiers noms qui viennent à l’esprit sont souvent Paul Naschy, Jess Franco (bien que ce dernier ne produise plus ses films en Espagne) ou encore Amando de Ossorio. José Luis Merino est très souvent négligé dans les études et articles consacrés au genre. Le réalisateur, né en 1927 à Madrid, n’a certes réalisé que deux films d’horreur, il a pourtant été dans les années 60 et 70 un des artisans les plus prolifiques des genres populaires en plein boom. Pendant près de 20 ans, peu de modes lui ont échappées : le musical, la comédie, le film de guerre, le western, le polar, les inévitables rip-off de Tarzan, de Robin des Bois et de Zorro dont les Espagnols ont été très friands à l’instar des Italiens[1]. Sa filmographie dresse une véritable chronologie des changements du cinéma populaire – et avec eux ceux des goûts du public. Lire la suite

  1. Je renvoie ici à l’article de Yohann Chanoir, « Le Moyen Âge spaghetti : « Robin des Bois et les pirates » », http://www.him-mag.com/le-moyen-age-spaghetti-robin-des-bois-et-les-pirates/ . []