Franco, dictateur vampire. A propos de la « trilogie des vampires » de León Klimovsky (1973-1975)

        Parmi les films d’horreur réalisés par León Klimovsky dans la dernière décennie de sa carrière, trois prennent pour sujet le vampirisme. Dans La Saga de los Drácula (1973), la petite-fille de Dracula revient au château du comte mais ne se doute pas que l’enfant qu’elle attend sera l’héritier du trône des vampires. Dans La orgía nocturna de los vampiros (1974), un car de touristes tombe en panne, laissant ces derniers à la merci d’un village entier de vampires. Enfin, dans El extraño amor de los vampiros (1975), situé au XIXème siècle, une jeune fille gravement malade recouvre ses forces en échange d’une vie immortelle de vampire.

La Saga de los Drácula

Générique de début de La Saga de los Drácula

   

        Le traitement du vampirisme est différent dans chaque film, tout comme les moyens budgétaires à disposition du réalisateur s’amenuisent de film en film. Klimovsky est fidèle à sa réputation de stakhanoviste de la caméra, tournant ainsi cette trilogie en moins de trois ans. Entre 1970 et 1978, lorsqu’il arrête sa carrière à l’âge de 73 ans, il a tourné pas moins de 26 films. Il bénéficie du budget le plus conséquent pour La Saga de los Drácula, produit par la « Hammer espagnole », la Profilmes, et s’adjoint la présence de Narciso Ibáñez Menta pour le rôle de Dracula. L’acteur est une icône du cinéma d’épouvante, de par ses rôles mythiques dans les films et séries TV en Argentine comme en Espagne. Par ailleurs, Klimovsky, d’origine argentine, avait déjà collaboré avec lui. Très classique dans sa mise en scène, le premier film de la trilogie bénéficie de décors soignés, notamment le château du comte, aux teintes froides et austères. De toute évidence, l’art du décorum des films de la Hammer, mais aussi du gothique italien, se font sentir. Paradoxalement, le générique de début s’affiche sur une tâche de sang sur fond noir, alors que les effusions d’hémoglobines sont relativement discrètes tout au long du film. Berta et Hans, le couple venu de Londres pour retrouver le grand-père de la femme, un certain comte Dracula, est confronté à la peur des villageois quant aux superstitions locales. Nous sommes quelque part en Transylvanie, région présentée comme hostile, sauvage et en proie à la terreur des lamiai, ces vampires d’origine grecque qui peuvent se transformer en séduisantes jeunes femmes. Des lamiai que l’on retrouve plus tard sous les apparences des cousines de Berta, interprétées par des stars du cinéma fantastique bis de l’époque telles que Helga Liné et Maria Kosty, et qui provoquent la chute (morale et physique) de Hans, fatalement séduit par leur beauté inquiétante. En adéquation avec l’ambiguïté intrinsèque du cinéma d’horreur des années 70 – l’hédonisme et sa répression par l’ordre établi – l’élan libidineux du jeune marié est expliqué par la frigidité de sa femme, via une scène dans laquelle celle-ci refuse de consommer l’union sacrée. Plus encore, Hans mais aussi le médecin du village assènent plusieurs fois que le tempérament distant et angoissé de la femme est dû à sa grossesse. Quant aux autres femmes du château, les cousines de Berta, elles n’ont d’utilité que de provoquer la perte du mari et de préparer ainsi la venue du bébé, héritier du titre de Maître des vampires. Dracula, pour sa part, personnifie magnifiquement le patriarche, figure emblématique du discours familial franquiste. Sans verser dans la surinterprétation, il n’est pas interdit de voir dans cette figure – qui d’ailleurs n’a de Dracula que le nom – une évocation du tyran espagnol vieillissant et tourné vers les idéaux conservateurs, vers le passé. Narciso Ibáñez Menta n’a ainsi sans doute pas été choisi au hasard pour le rôle, tant son âge (67 ans lors du tournage) et son charisme glacial convoquent les attributs du caudillo. En voulant assurer coûte que coûte sa lignée, le comte vampire nous semble correspondre dans les grandes lignes à la désignation comme président du gouvernement du nationaliste Luis Carrero Blanco par Franco lui-même, en juin 1973. De même, l’enfant monstrueux de Dracula qui ne peut prétendre continuer la lignée, Valerio, peut se lire comme une incarnation dégénérée de Juan Carlos, obligé d’attendre la mort du dictateur tout en assurant occasionnellement la gouvernance par intérim (notamment à la fin du régime).

Le passé qui hante le présent.

Le passé qui hante le présent.

        La séquence finale de La Saga de los Drácula renforce la dimension subversive de la figure du vampire-dictateur. Après une scène montrant l’ambition de la jeune femme à avorter à l’aide d’un couteau, image hautement transgressive dans une Espagne qui interdit cet acte depuis 1941, celle-ci massacre toute sa famille en train de dormir dans les cercueils. Si l’on voit le démembrement d’un bras, l’essentiel se passe hors-champs, ou sinon soigneusement caché par les cercueils. L’intérêt n’est pas l’acte meurtrier, mais plutôt ce qu’il induit : la fin d’un règne qui n’a plus sa place dans le monde actuel. Mais, tout comme La Mariée sanglante de Vicente Aranda (1972), cet élan subversif inouï s’arrête net par une ultime image : le bébé buvant le sang de sa mère décédée, annonçant donc la continuité du règne autoritaire. D’un autre côté, cette image qui se donne à voir comme une « parodie ironique du baptême catholique »[1] révèle bien l’impossible conciliation que doit opérer le cinéma de genre espagnol du tardofranquisme : d’un côté se montrer toujours plus transgressif sur le plan de la violence et de la sexualité pour satisfaire la demande des spectateurs, et de l’autre veiller à ne pas trop attirer l’attention de la censure franquiste. D’où un cinéma d’horreur parfois schizophrène, incapable de trancher (sans jeu de mots) entre une critique sanglante de la dictature et un respect feint envers la morale de l’époque.

Le final de La Saga de los Drácula développe l’idée de « final girl« , ici au sens sacrificiel, qui sera employé dans le slasher américain quelques années plus tard.

————————————–

        C’est avec José Frade que le réalisateur poursuit son exploration du monde des vampires. Le producteur, qui a dynamisé la production espagnole avec le western spaghetti puis la comédie populaire, sent comme beaucoup d’autres que l’horreur est un genre peu couteux et rentable. Co-produit avec l’Italie, La orgía nocturna de los vampiros marque la régression artistique du réalisateur, imputable à une liberté de création moins grande, un budget plus resserré, mais aussi plus globalement aux dérives du sous-genre gore qui tend à écœurer plus qu’à faire frémir. Anticipant les futurs films gore de Lucio Fulci, la caméra s’arrête longuement sur des vers blancs peuplant des ossements humains ou accompagnant la désintégration des vampires. La poésie du macabre du premier film, cher à Klimovsky[2] est ici abandonnée au profit d’une surenchère dans l’ignoble. Le fisheye est cependant réutilisé pour les séquences subjectives d’attaques des vampires, mais son intérêt est plus limité car le réalisateur délaisse le ralenti qui donnait tout son onirisme inquiétant au premier film. L’élément narratif le plus intéressant demeure l’arrivée des touristes dans un village rural typiquement castillan (mais dont on donne un nom exotique, censure oblige), suite à l’accident de leur car. Encore une fois, c’est le passé – ruralité, tradition, fanatisme – qui refait brutalement surface aux yeux des urbains « civilisés ». Ces derniers ne sont-ils pas punis par les vampires parce pour leur hédonisme et leur athéisme ? En tout cas, le mélange chaotique des thématiques qui animent le cinéma d’horreur de l’époque – voyeurisme post-Psycho, cannibalisme, sexploitation – laisse croire que le pouvoir du producteur l’emporta sur la liberté du réalisateur.

Affiches américaines

Une publicité américaine de The Night of the Walking Dead (El extraño amor de los vampiros) et une affiche de La orgía nocturna de los vampiros.

  ————————————–    

        El extraño amor de los vampiros marque encore une étape supplémentaire dans la chute qualitative du fantaterror. Klimovsky devient pour ce film un simple exécutant, non plus l’artisan passionné qu’il est pourtant. Produit par une petite compagnie éphémère qui souhaitait exploiter le filon horrifique[3] , ce dernier volet est un film de costumes situé dans l’Allemagne du XIXème siècle.La bourgeoisie opulente y est confrontée à des femmes vampires, encore une fois de séduisantes jeunes femmes qui parviennent à vampiriser les vivants par leur charme. On peut sans trop hésiter qualifier le film de série Z, de par sa pauvreté visuelle comme narrative, avant tout destiné aux drive-in américains. L’érotisme, qui fonctionnait si bien comme révélateur du refoulé sexuel dans les films précédents, devient ici un argument de vente cynique. Au dévoilement progressif des corps, la mise en scène opte là pour la monstration frontale, sans préparation psychologique. Le destape (cinéma érotique espagnol) prenait alors, en cette année 1975, le pas sur le reste de la production nationale. Le cinéma d’horreur, prompt à offrir une tension érotique teintée d’épouvante, ne peut guère rivaliser avec un genre qui repose essentiellement sur cet argument. Le cinéma d’horreur s’oriente après la mort de Franco vers la comédie, et le vampire en sera la figure la plus récurrente. Le film de Klimovsky contient déjà une certaine distanciation par rapport aux codes du genre, par exemple une ironie dans certains dialogues (« La couleur du vin ressemble à du sang », s’exclame un personnage).

         Or, l’intérêt pour le spectateur qui connaît les codes du cinéma d’horreur, c’est de voir comment le film réemploie ces codes, construit son récit et révèle des processus socio-culturels. A cet égard, El extraño amor de los vampiros est révélateur de son contexte de production. Comme Dracula dans le premier film, le baron vampire de ce dernier film semble personnifier le dictateur. Maintenu en vie artificiellement, dépassé par une société qui se tourne vers la modernité et se détourne de la religion catholique, Franco semble être devenu, médicalement, un vampire, père d’une nation qui a évoluée depuis son accès au pouvoir. N’ayant plus de sang frais pour vivre, le vampire aristocratique se suicide en haut d’une montagne lors du lever de soleil. Une telle conclusion a sans doute pu entrer en résonance avec l’actualité politique du pays, puisque la première du film au festival de Sitges en octobre 1973 coïncide avec le transfert de Franco à l’hôpital de la Paz, où il meurt le 20 novembre. On aurait donc tort de dénigrer ce dernier film, certes faible sur le plan technique, mais qui clôt une trilogie qui entre en relation métaphoriquement, par la grammaire horrifique, avec le climat politique et sociétal de l’Espagne du dernier franquisme. L’inclinaison du réalisateur pour l’horreur grotesque – visage et pièces déformés, presque étirés; maquillage exagéré; couleur du sang cartoonesque… – rappelle d’ailleurs que le traitement hyperbolique peut révéler bien plus que ce qu’il montre. Derrière l’outrance du gore et les débordements sanglants, la trilogie de vampires de Klimovsky pourrait bien tendre un miroir déformé d’une dictature vampirisée par la soif de pouvoir et de contrôle social en état de putréfaction, à l’image du vampire décomposé par la lumière d’un nouveau jour.

Crédits images :

taliesinttlg.blogspot.fr

http://www.imdb.com

————————————–

  1. Javier PULIDO, La decada de oro del cine de terror español, 1967-1976, T & B editores, Madrid, 2012, p.174. []
  2. Voir La furie des vampires (1971), avec Paul Naschy. []
  3. Richard Films P.C. est à l’origine de La Endemoniada de Amando de Ossorio (1975). []

Valentin Guermond

Doctorant en troisième année à l'Université d'Angers, 3L.AM. Champs de recherche : cinéma fantastique et d'horreur espagnol sous le tardo-franquisme (1968-1975), fantastique/horreur et histoire culturelle, rapport entre contexte historique et production cinématographique, idéologie et contre-culture dans le cinéma d'exploitation des années 1960-1970.

More Posts

Follow Me:
Twitter

2 réflexions au sujet de « Franco, dictateur vampire. A propos de la « trilogie des vampires » de León Klimovsky (1973-1975) »

  1. Bonjour Yohann,

    Le Graal est en effet sorti, à temps pour ajouter un peu de mauvais goût aux cadeaux sous le sapin de Noël, faisant hurler les mamies trop prudes à la vue des images des films de Franco ! Effectivement, j’ai hâte de parcourir ce livre qui s’annonce dantesque. Artus vient aussi de sortir un DVD du « Massacre des morts-vivants », fleuron du bis espagnol de l’époque. J’y reviendrai dans un billet si le temps me le permets.

    Merci pour ton commentaire et tes encouragements, j’espère que tout se déroule bien pour toi aussi, bon courage également.

  2. Bonjour Valentin, juste ce post pour te signaler, si tu ne le sais déjà, la publication chez Artus d’un ouvrage monumental consacré à Jess Franco par Alain Petit, grand connaisseur de l’oeuvre du maître. Cela pourra peut-être te servir. Bon courage pour la poursuite de la thèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *