Sex, Sadism, Spain and Cinema : The Spanish Horror Film de Nicholas G. Schlegel

  Book cover

        Depuis une vingtaine d’années, les ouvrages universitaires sur le cinéma d’horreur se multiplient. Si la grande majorité de ceux-ci porte sur le cinéma d’exploitation italien, l’épouvante gothique britannique et bien sûr la production américaine, le fantaterror reste quant à lui peu exploré au sein  de la recherche. Pour celles et ceux qui souhaiterai découvrir plus en profondeur l’histoire de ce cinéma d’exploitation éphémère mais ô combien passionnant (et lucratif), le choix demeure assez restreint. Qui plus est, la bibliographie disponible montre à quel point le sujet est devenu un objet d’étude très récent. Citons par exemple Spanish Horror de Victor Matellano (2009), Profanando el sueño de los muertos. La historia jamás contada del cine fantástico español de Ángel Sala (2010), La década de oro del cine de terror español , 1967-1976, de Javier Pulido (2012), Spanish Horror Film de Antonio Lazaro-Reboll (2012), ou encore Silencios de pánico. La historia del cine fantástico y de terror español, 1897-2010 de Diego Lopez & David Pizarro (2014). Des ouvrages qui apportent tous un éclairage approfondi sur le genre et des analyses convaincantes sur de nombreux films. L’intérêt de ces livres reste aussi leur ambition de réhabiliter un genre soit déprécié soit mal connu, et de ce fait participent d’un mouvement plus global de mélange entre la recherche universitaire et la cinéphilie déviante[1].

La bibliographie disponible sur le cinéma fantastique et d'horreur espagnol.

La bibliographie disponible sur le cinéma fantastique et d’horreur espagnol.

        Sex, Sadism, Spain and Cinema : The Spanish Horror Film appartient aussi à ce type d’ouvrage précieux où les exigences universitaires se concilient avec une défense partisane du « mauvais genre » par excellence qu’est le cinéma d’exploitation. Nicholas G. Schlegel, historien du cinéma qui a déjà écrit sur le cinéma d’horreur mexicain ou japonais, apporte une somme d’informations considérable sur le fantaterror. Il s’agit en fait de la version remaniée de sa thèse de doctorat, préparée entre 2005 et 2010. L’intérêt avec ce livre est de rendre le sujet plus abordable, même pour les lecteurs qui n’auraient pas vu les films dont il est question. En cela , il s’agit d’un excellent livre pour se laisser guider dans le choix des œuvres à voir en priorité, ce qui est tout à fait utile quand on sait que le nombre de films produits durant la période avoisine les 300 et que la qualité de ceux-ci est variable. L’auteur a choisi un plan chronologique afin de bien souligner l’évolution du genre durant son âge d’or. De plus, il distingue les films purement espagnols des co-productions, très nombreuses dans cette période d’échanges entre les pays européens concernant le fantastique et l’horreur. La question de l’identité hispanique du fantaterror est bien mise en avant, notamment en expliquant que c’est par l’imitation des films étrangers que les Espagnols ont peu à peu élaborer un discours sur leur Histoire, à l’intérieur d’un genre codifié par les autres pays. L’analyse filmique est donc une partie du travail de Nicholas G. Schlegel, qui apporte en plus un regard sur les aspects historiques, sociaux et économiques du cinéma d’horreur espagnol.

        Pour lui, la plupart de ces films reflète la réalité historique de l’Espagne de Franco. Il invite à voir derrière le divertissement apparent, à interpréter les significations des monstres et des intrigues. Ces significations sont évidentes dans La noche del terror ciego ou La novia ensangrentada. En revanche, un film comme La marca del Hombre Lobo semble échapper à toute ambition subversive. Il considère que « la substance politique du film réside dans le simple fait de son existence » (p.85). Autrement dit, c’est la réalisation d’un film d’horreur dans une dictature catholique qui est une remise en cause de l’idéologie dominante. Concernant Pánico en el Transiberiano, une coproduction avec la Grande-Bretagne dans laquelle on retrouve le duo Christopher Lee – Peter Cushing, il propose une interprétation originale. La force extraterrestre qui contamine les passagers du train serait pour lui l’allégorie de l’ascension au  pouvoir du Général Franco. Si cela pourrait facilement passer pour de la sur-interprétation, l’auteur parvient toujours à se justifier en analysant en détails les dialogues ou la mise en scène. Il note que les personnages correspondent à une certaine réalité sociologique de leur temps : Saxton (l’Angleterre) met en avant le rationalisme scientifique, tandis qu’Irina (l’Espagne) tente d’expliquer le surnaturel par la religion. Nicholas G. Schlegel bénéficie en outre des propos du réalisateur Eugenio Martin, qu’il a pu interviewer, ce qui donne du crédit supplémentaire à son analyse.

        Cinéphile complet, il met en lumière l’évolution du genre par rapport aux productions des autres pays. Selon lui, le « Spanish flavour » (« identité espagnole ») n’apparait dans le fantaterror que vers 1972, avec El jorobado de la morgue par exemple, tout en rappelant les antécédents tel La noche del terror ciego qui convoquait déjà le folklore rural ibérique. Contrairement aux autres pays européens qui ont un meilleur accès au cinéma, l’Espagne a du assimiler un nombre impressionnant de films en un temps très court. Cela explique notamment pourquoi le cinéma fantastique et horrifique a connu un développement sans précédent à partir de 1968. Les premiers films de l’âge d’or reflètent bien le besoin vital de se nourrir des succès étrangers, voire même de les imiter tout simplement. Le loup-garou, le vampire ou bien le tueur en série psychopathe permettent aux Espagnols d’entrer sur le marché européen (et rapidement international) du cinéma d’exploitation, industrie on le sait extrêmement lucrative durant cette période de crise du cinéma américain. A force de réaliser des films d’horreur à petit budget, ces derniers ont acquis une expérience et un savoir-faire qu’ils ont logiquement mis à profit. C’est ainsi qu’un fantastique plus spécifiquement hispanique s’est développé lors des dernières années du boom, paradoxalement grâce aux compétences acquises lors des coproductions. Cette évolution s’est opérée presque naturellement, sans concertation des différents acteurs du cinéma bis espagnol. L’auteur parle à juste titre d’ « étapes cachées » (« hidden steps« ), comme d’une sorte de filiation entre les films, mais aussi d’influences souterraines mais perceptibles. Plus la mort de Franco est proche, plus les films d’horreur espagnols reflètent le trauma historique de l’Espagne, de manière explicite ou non (« buried strata« ).

La marca del Hombre Lobo, de Enrique López Eguiluz (1968)

             La marca del Hombre Lobo, de Enrique López Eguiluz (1968)

        L’auteur avoue s’être inspiré de l’essai référence de Fredric Jameson, L’inconscient politique, le récit comme acte socialement symbolique (The Political Unconscious : Narrative as a Socially Symbolic Act, 1981.), pour l’appliquer au fantaterror. Son choix semble judicieux tant il apparait que la production a été façonnée, dans la forme comme dans le fond, par l’Histoire au sens large. Quelque soit le sous-genre utilisé, il apparait bien que le monstre, le tueur en série psychotique ou encore les évènements surnaturels rendent tous compte d’un retour du refoulé qui s’exprime dans la vengeance sanglante. Ce qu’il y a de remarquable dans cet âge d’or, c’est aussi la rapidité avec laquelle le genre a évolué. Alors que les cycles Universal ou Hammer jouaient la carte de la sérialité, le fantaterror se démarque par son approche libre et anarchique de tout ce qui a trait au fantastique et à l’épouvante, n’hésitant pas à mixer les éléments les plus incohérents. Après avoir produit un grand nombre d’ersatz à base de monstres légendaires, il était donc inévitable qu’une sensibilité plus espagnole se dessine, ce à quoi correspondent les films des Templiers-zombies, Una vela para el diablo ou encore La campana del infierno. La foisonnante production de l’époque et la multitude de titres attribués à chaque film n’empêche pas l’auteur d’être clair dans son propos, ni de nous faire comprendre les liens qui peuvent exister entre les différents films (équipe technique, acteurs et actrices ou bien similitudes dans les thèmes et éléments narratifs).

        Malgré son côté kitsch et ses débordements gore du plus mauvais goût, le fantaterror est étudié dans ce livre comme un champ d’étude légitime et sérieux. Nicholas G. Schlegel ne manquait d’ailleurs pas de remarquer dans l’introduction le manque de légitimité du fantaterror dans les écrits universitaires sur le cinéma espagnol. Bien souvent, les rares lignes qui lui sont consacrés regorgent d’erreurs, ou alors rien n’est dit sur cette production pourtant considérable. Sex, Sadism, Spain and Cinema est pour toutes ces raisons un ouvrage indispensable et salvateur en langue anglo-saxonne, et l’on ne peut qu’espérer que son auteur puisse publier un second tome tant les films qui n’ont pas été analysés faute de place sont encore nombreux.

A écouter : le podcast du site « Horror Rises from Spain » avec Nicholas G. Schlegel : https://horrorrisesfromspain.wordpress.com/2015/08/30/horror-rises-from-spain-3-9-sex-sadism-spain-and-cinema/

  1. Pour une bibliographie plus développée, voir https://proyectonaschy.wordpress.com/2010/10/28/profanando-el-sueno-de-los-muertos-escribiendo-sobre-el-cine-fantastico-y-de-terror-espanol/. []

Valentin Guermond

Doctorant en troisième année à l'Université d'Angers, 3L.AM. Champs de recherche : cinéma fantastique et d'horreur espagnol sous le tardo-franquisme (1968-1975), fantastique/horreur et histoire culturelle, rapport entre contexte historique et production cinématographique, idéologie et contre-culture dans le cinéma d'exploitation des années 1960-1970.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *