Odio mi cuerpo (León Klimovsky, 1974) : questionner le corps dans l’Espagne franquiste

L'affiche américaine. Crédit : cerebrin.wordpress.com

L’affiche américaine, avec le nom anglicisé d’Alexandra Bastedo.
                              Crédit : cerebrin.wordpress.com

        León Klimovsky (1906-1996) est bien connu des cinéphiles ayant un intérêt pour le cinéma espagnol. D’origine argentine et installé en Espagne dans le courant des années 1950, il réalise un grand nombre de westerns spaghettis dans la décennie suivante, puis devient l’un des principaux représentants du cinéma d’exploitation espagnol qui explose dans les années 1970, avec à son actif La Noche de Walpurgis (1971), le deuxième film consacré au personnage de Waldemar Daninsky, le lycanthrope créé et interprété par Paul Naschy, ou encore le giallo très sombre Una Libélula para cada muerto (1974). La même année que ce giallo qui comprend les aspects essentiels du genre, à savoir un mélange de violence et de nudité associé à une décadence politique et sociale nihiliste, il réalise un autre film significatif du courant d’exploitation des années 70 : Odio mi cuerpo / I Hate my body.

Synopsis : Ernesto Knoll est victime d’un grave accident de la route, mais les médecins parviennent à le sauver en transplantant son cerveau dans le corps d’une jeune femme récemment décédée. Ernesto, devenue Leda Schmidt, doit maintenant apprendre à vivre dans une société patriarcale et sexiste, et son changement de sexe bouleverse toute son existence. Elle va cependant tenter de profiter de sa nouvelle situation…

        Ernesto Knoll, interprété par Manuel de Blas, est présenté dès la séquence d’introduction comme un homme sûr de lui, narcissique et machiste. Bien que l’histoire se déroule en Allemagne – les noms des personnages, l’architecture des lieux… – Odio mi cuerpo demeure sans ambiguïté un commentaire de l’Espagne du franquisme tardif, caractérisée par le développement économique et l’ouverture sur l’extérieur. Une partie du casting nous le rappelle. Si l’on reste indulgent avec la scène de l’accident automobile, qui est pour le moins proche du ridicule, le film dévoile son intérêt lorsque Ernesto est à l’hôpital, et que son cas est pris en charge par un ancien médecin nazi, Adolfo Berger. Dans ce rôle consistant de mad doctor qui, en Espagne plus qu’ailleurs, demeure une tradition cinématographique bien ancrée[1], c’est le vétéran Narciso Ibañez Menta, irréprochable et inquiétant au possible. Une fois l’opération de réassignation sexuelle faite avec réussite, nous sommes amené à suivre Leda, qui n’est donc autre que Ernesto dans un corps féminin, ce qui bouleverse l’identification du spectateur. Leda est interprétée par Alexandra Bastedo, qui l’année précédente s’est illustrée dans l’un des meilleurs films d’exploitation espagnols, La novia ensangrentada de Vicente Aranda. Elle excelle encore une fois dans la profondeur psychologique apportée à son personnage, pris entre deux univers sexués. De plus ces deux films exploitent la même idée clé de la femme victime d’une société patriarcale et sexiste, où la phallocratie est devenue élément d’organisation sociale érigé par le régime.

        Là où d’autres films traitant de la transsexualisation – de Gritos en la noche à La piel que habito – montrent cet acte comme un processus, donc inscrit dans la durée, le personnage de Odio mi cuerpo subit cet acte physique et psychologique – total pourrait-on dire – de façon brutale. Ernesto/Leda retourne dans la société qu’auparavant il dominait, et dont les échelons sociaux n’étaient jamais infranchissables. Devenu femme, les choses sont différentes, et le simple fait de retourner postuler à son ancien travail, avec les mêmes compétences, devient un obstacle. Corps manipulé par la science, la transsexualité ici devient outil de subversion de la doctrine catholique. Le médecin Berger, en atteignant son objectif prométhéen, porte atteinte à la conception rigoureuse du monde selon les préceptes chrétiens et se substitue à Dieu[2].

        La différence fondamentale par rapport à d’autres films faisant intervenir la figure du transsexuel, c’est qu’ici l’acte est imposé, qu’il n’y a pas une volonté de changement identitaire chez le personnage. Mais comme plus récemment avec Vicente/Vera dans La piel que habito, Ernesto/Leda accepte finalement sa transformation, jusqu’à tenter d’en tirer profit. En retournant voir sa femme qui ne peut soupçonner sa véritable identité, Ernesto/Leda récupère l’argent de l’assurance-vie qui lui est destiné après avoir mis en place un jeu de chantage. León Klimovsky accorde une partie du film à illustrer la découverte du corps et de l’identité de Ernesto/Leda, en interrogeant autant les liaisons amoureuses avec des femmes que celles avec des hommes. Le réalisateur va jusqu’à glisser des images subliminales de Ernesto quand Leda embrasse un homme, ultime affront à la censure franquiste. Encore un exemple parmi d’autres que dans cette Espagne franquiste des derniers jours, le cinéma franchissait à chaque fois un pas supplémentaire dans les limites fixées par le régime, et que les problématiques de l’intimité et de la sexualité étaient de véritables enjeux narratifs et visuels. Odio mi cuerpo se termine cependant par un twist brutal, qui ramène Leda – qui s’assume totalement désormais – à la réalité sociale espagnole dans laquelle les hommes manipulent les femmes selon leurs désirs[3]. Malgré la fantaisie du point de départ (la transplantation cérébrale) et plusieurs maladresses notables dans la dénonciation du machisme, Odio mi cuerpo demeure un film d’exploitation pertinent et qui illustre bien la portée subversive du fantaterror.

Souvent critiqué pour son aspect misogyne, le cinéma d’exploitation peut se lire aussi comme un certain reflet des valeurs de son temps. Par le simple fait de questionner le corps, Odio mi cuerpo se démarque déjà et participe de la vague de films fantaterror faisant du corps un objet de contestation politique et social. Au poste de chef-opérateur on retrouve également un nom bien connu, Francisco Sánchez, officiant sur des titres comme La Saga De Los Drácula de Klimovsky aussi (1973), El retorno de Walpurgis (Carlos Aured, 1973), Exorcismo (Juan Bosch, 1975) ou encore La noche de las gaviotas (Amando de Ossorio, 1975).

————————————–

  1. Quelques exemples : La Cara del Terror (Isidoro M. Ferry, William J. Hole Jr. 1962), Gritos en la noche (Jess Franco, 1962), et plus récemment La piel que habito (Pedro Almodóvar, 2011). []
  2. Jean-Claude Seguin, « Le Corps entre Dieu et Prométhée » in Pietsie Feenstra, Vicente Sánchez-Biosca, Le cinéma espagnol : Histoire et culture, Armand Colin, Paris, 2011. []
  3. Là encore, le film rejoint totalement la structure et le propos de La novia ensangrentada. []

Valentin Guermond

Doctorant en troisième année à l'Université d'Angers, 3L.AM. Champs de recherche : cinéma fantastique et d'horreur espagnol sous le tardo-franquisme (1968-1975), fantastique/horreur et histoire culturelle, rapport entre contexte historique et production cinématographique, idéologie et contre-culture dans le cinéma d'exploitation des années 1960-1970.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *